L’envie de partage et la curiosité sont à l’origine de ce blog. Garder les yeux ouverts sur l’actualité littéraire sans courir en permanence après les nouveautés. S’autoriser les chemins de traverse et les pas de côté, parler surtout de livres, donc, mais ne pas s’interdire d’autres horizons. Bref, se jeter à l’eau ou se remettre en selle et voir ce qui advient. Aire(s) Libre(s), ça commence ici.
Rambo, David Morrell (Gallmeister / Totem) – Nicolas
Rambo, David Morrell (Gallmeister / Totem) – Nicolas

Rambo, David Morrell (Gallmeister / Totem) – Nicolas

T’as déjà mangé des Rambo ?

Rigole pas. C’est très sérieux. Le nom du type qui a vaincu l’ex URSS à lui tout seul, c’est le nom d’une pomme à 25 cents. Morrell le raconte dans un entretien que j’ai lu quelque part.

Et David Morrell adore Rimbaud.

Pomme et Poésie.

Ça démystifie la tronche à Stallone.

Je sais.

J’aime bien démystifier.

Je vais pas te faire l’historique de la naissance de ce roman, c’est pas utile. Si tu cherches un peu, tu vas en trouver plein qui te raconteront mieux que moi.

Tu te souviens que le titre, le vrai titre,c’est First blood. En revanche, dans les vidéos clubs, c’était chiant à classer, d’où Rambo 12345.

Voilà

J’ai lu aussi que La horde sauvage de Peckinpah avait pas mal influencé David Morrell. En terme d’influence, on doit pouvoir trouver pire que ça.

Donc, le pitch, comme d’habitude.

Rambo (John n’existe qu’au cinéma), barbu et chevelu, c’est un môme qui revient du Vietnam, c’est à dire d’un endroit où les amerloques ont envoyé pas mal de gosses à la boucherie.

Mais on va pas se mentir, ils ont eux aussi fait un peu d’abattage de vietnamiens.

Les guerres, c’est chouette pour ça. On se fout sur la gueule, entre pauvres, pour que les riches continuent à se remplir les poches.

Rambo, donc, chevelu et barbu, revient au pays et les barbus chevelus, à cette époque là, ils étaient pas bien vus.

Voilà. T’as le pitch.

On est à un ou deux kilomètres du super héros vitaminé que le cinéma en a fait.

Tu vas évidemment percuter que si Trautman, le colonel, s’appelle Sam, c’est un peu en référence à ce symbole des États Unis, que l’on appelle Oncle Sam.

Je ne sais pas pourquoi le cinéma en a fait ces films ridicules. Ou plutôt, je sais pourquoi. Il fallait que ce film puisse laisser envisager des suites.

David Morell, Photography by Jennifer Esperanza

Dont acte.

Mis à part le premier de cette série, les autres ne nécessitent pas de perdre des heures à les regarder.

D’aucuns, plusieurs, ont constaté une espèce de pauvreté littéraire dans le style de Morrell.

Ben ouais.

Comme Buk le disait, sans trop paraphraser, « Si ça sort pas de tes tripes, écris pas . »

J’ai tendance à penser que ce roman est sorti des tripes de David Morrell et que, dans ce cas précis, le style littéraire dont ces d’aucuns causent, ne nécessitait ni oxymore ni métaphore, et encore moins d’hypozeuxes et autres chiasmes.

Je dis ça pour que ces d’aucuns comprennent que n’est pas Audiard qui veut et que le style n’a pas forcément grand chose à voir avec la capacité à raconter une histoire.

Tu le sais, et je le sais aussi.

Un point important, que je souligne, parce que parfois j’aime assez souligner, c’est que le roman est sorti en 1972. Et en 1972, les mômes que l’oncle Sam (puisque c’est de lui qu’il s’agit) a envoyé au Vietnam, continuent à patauger dans la boue et à se faire bouffer par les moustiques qui sont eux-aussi, vietnamiens.

Tu vas te rendre compte, pendant ta lecture, que Teasle et Rambo ne peuvent pas se comprendre. Teasle a fait la guerre de Corée, c’est donc lui aussi un vétéran, mais il est d’une autre génération. Celle pour qui ceux qui ont des cheveux longs, et la barbe, sont des hippies, des jeunes cons aux idées courtes (cf Jojo).

L’antipathie est immédiate entre Rambo et Teasle, dès le début du roman. Chacun d’eux se juge à l’aune de l’autre.

Alors un roman sur la rédemption.

Une rédemption impossible à envisager, d’un côté comme de l’autre, puisque que chacun est intimement convaincu que l’autre a tort.

David Morrell a dit quelque part s’être inspiré du soldat le plus décoré de la seconde guerre mondiale.

Audie Murphy.

La première victime du Syndrome de Stress Post Traumatique qui ne portait pas encore ce nom.

David Morrell a tenté d’imaginer Audie Murphy chevelu et barbu, et il a créé Rambo, face à la bien-pensance américaine de 1972.

Voilà.

Souviens-toi.

« Ils ont fait couler le premier sang. Pas moi. »

Un point important, quand même : King (Stephen, tu vois qui je veux dire) faisait étudier First blood  dans ses cours d’écriture créative à l’Université du Maine.

J’en reviens aux d’aucuns qui imaginent que le style n’est pas là…

Sans doute un de mes livres préférés.

Un de ceux qui je relis, comme Méridien de sang.

C’est tout ce que j’ai à dire sur ce roman.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Éric Diacon.

Nicolas.

Rambo, David Morrell, Gallmeister / Totem, 270 p. , 10€.

0 commentaire

  1. sebastienvidal19

    C’est drôle que tu causes de Méridien de sang dans cette chro de First blood, parce que comme tu le sais (je sais que tu sais) comme Rambo, le roman de MacCarthy a été inspiré par La horde sauvage. Peckinpah a aussi donc beaucoup apporté à la littérature. Belle chronique. PS : Le Maître a toujours eu bon goût, et comme il est de belle nature généreuse, il a partagé cela avec ses étudiants-diants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur Aire(s) Libre(s)

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading