L’envie de partage et la curiosité sont à l’origine de ce blog. Garder les yeux ouverts sur l’actualité littéraire sans courir en permanence après les nouveautés. S’autoriser les chemins de traverse et les pas de côté, parler surtout de livres, donc, mais ne pas s’interdire d’autres horizons. Bref, se jeter à l’eau ou se remettre en selle et voir ce qui advient. Aire(s) Libre(s), ça commence ici.
La maison dans laquelle, Mariam Petrosyan (Monsieur Toussaint Louverture) – Nicolas
La maison dans laquelle, Mariam Petrosyan (Monsieur Toussaint Louverture) – Nicolas

La maison dans laquelle, Mariam Petrosyan (Monsieur Toussaint Louverture) – Nicolas

Aujourd’hui, je vais te parler d’un roman qui m’a fasciné, une épopée littéraire qui va peut-être toi aussi te transporter dans un univers inoubliable.

 La Maison dans laquelle de Mariam Petrosyan est un voyage jusqu’au cœur de l’âme humaine, une exploration profonde et captivante de la complexité de l’existence. Alors, attache tes Skechers (Pub), car nous partons pour une visite de cette maison pas comme les autres, et je vais t’emmener parcourir ses couloirs, ouvrir ses portes, ses fenêtres, et tu vas voir qu’il y fait parfois très sombre.

Un point de détail : c’est le premier roman que j’ai acheté chez Monsieur Toussaint Louverture… Le premier d’une longue série, un peu comme ceux de la Manufacture de livres.

Le pitch, parce qu’il en faut un, même si c’est pas trop mon truc et tu le sais.

L’histoire commence lorsque des jeunes sont envoyés dans un établissement étrange et isolé. La maison, une structure quasiment labyrinthique, devient leur monde, leur univers clos. Les personnages, chacun avec ses propres secrets et traumatismes, vivent dans ce microcosme, et leurs interactions, leurs quêtes, leurs peurs et leurs désirs tissent une toile complexe qui constitue le cœur du récit.

Ce qui distingue La Maison dans laquelle des autres romans, c’est son atmosphère mystérieuse et oppressante. Comme parfois, dans certains romans où la nature apparaît comme un être vivant à part entière, le bâtiment lui-même est un personnage, une entité qui évolue au fil des pages. La maison est un organisme vivant, un être changeant qui semble se nourrir des émotions et des actions de ses habitants. Mariam Petrosyan parvient à créer une atmosphère unique qui m’a englouti au cœur de son récit. Et tu sais que je suis pas tellement du genre à me laisser engloutir.

Les personnages sont tout aussi fascinants que la maison elle-même. Chacun est un mystère à déchiffrer, une énigme à résoudre. L’auteure explore leurs peurs, leurs espoirs, leurs luttes intérieures, et la complexité de leurs liens. Leurs voix nous guident à travers cette maison aux innombrables couloirs.

Le style d’écriture de Mariam Petrosyan…

Photo : D.R.

Sa prose est souvent poétique, immersive, et incroyablement visuelle.

Les descriptions détaillées de la maison et de ses occupants créent une atmosphère presque hypnotique. Une langue à la fois belle et dérangeante, mais qui reflète précisément la nature de l’histoire.

Un des aspects les plus marquants du roman est son exploration de la psyché humaine. Mariam Petrosyan décortique les pensées les plus intimes de ses personnages, dévoilant leurs peurs, leurs obsessions et leurs traumatismes. Elle nous plonge dans le labyrinthe de l’âme humaine, nous montrant à quel point il est difficile de comprendre les motivations et les réactions de chacun.

L’histoire elle-même est une énigme. J’ai parfois pensé à Myst, ce jeu qui m’a tenu éveillé pendant des heures quand je fouillais dans son labyrinthe. La maison est un microcosme qui contient des histoires emboîtées les unes dans les autres. Comme des poupées russes qui cachent, au cœur de chacune des poupées, un secret…

Les mystères s’accumulent au fur et à mesure que l’on avance dans le récit. Tu vas être invité à déchiffrer des indices, à relier les pièces du puzzle, et à explorer les différentes facettes de cette maison étrange.

La Maison dans laquelle est un roman qui invite évidemment à la réflexion.

Il aborde des thèmes profonds tels que l’isolement, la solitude, la perte et la quête de sens. L’histoire nous rappelle que, malgré nos différences, nous partageons tous une humanité commune, avec nos peurs, nos désirs, nos espoirs et nos souffrances.

Ce qui est remarquable dans ce livre, c’est à quel point il est difficile de le classer dans un genre particulier. Il mélange la fiction, le mystère, le fantastique, et l’exploration psychologique de manière inextricable. Mariam Petrosyan nous livre une œuvre qui échappe à toute définition, tout en captivant ton esprit de lecteur.

En fin de compte, La Maison dans laquelle est une expérience littéraire à part entière. Elle te plongera dans un monde de mystère et d’obscurité, mais aussi de beauté et de profondeur.

C’est un roman qui risque de te hanter longtemps après que tu l’auras refermé, qui va te pousser à réfléchir sur la nature de l’existence et sur les limites de la compréhension. Alors, si tu cherches une lecture qui te défie et t’emmène au-delà des frontières de la réalité, La Maison dans laquelle  est sans doute le choix parfait.

Ouvre les pages de cet ovni littéraire et prépare-toi à un voyage dans les recoins les plus profonds de l’âme humaine.

C’est tout ce que j’ai à dire sur ce roman.

Traduit du russe par Raphaëlle Pache.

Nicolas.

La Maison dans laquelle, Mariam Petrosyan, Monsieur Toussaint Louverture, 1070 p. , 15€50.

©La Grande Librairie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En savoir plus sur Aire(s) Libre(s)

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading